Claquepont Sabouleux affiche

Maman Sabouleux

Claquepont : Comme la figure de ce brave paysan respire un air de simplicité et de candeur.
Madame de Claquepont : C’est vrai.
Claquepont : Bérénice… Au moment de revoir ma fille… j’éprouve un trouble involontaire…
Madame de Claquepont : Et moi, j’ai comme un remords… rester huit an sans la voir ! [ …] Ah !… la voilà !…
Claquepont : Ah !… c’est la fille de basse-cour.
Pépinois, à part : Ils ne la reconnaissent pas !
Suzanne, à Claquepont : Tiens ! Un bourgeois !… C’est-y toi qui paies bouteille ?

Il s’agit d’une comédie en un acte qui était à l’époque de Labiche un « lever de rideau » : Sabouleux et sa femme, un couple de paysans, prennent en nourrice Suzanne Claquepont, fille de deux bourgeois vivant à Paris. Abandonné par sa femme, Sabouleux continue d’élever l’enfant « à la paysanne » : lard, vin rouge, et jeux de garçons, tout en percevant pour lui les revenus des parents. Lesquels décident, après huit ans, de faire une visite surprise à leur fille.

Dans cette satire sociale, où les bourgeois idéalistes et inconscients abandonnent leurs enfants à des ruraux primaires malhonnêtes et ivrognes, aucune classe n’est épargnée. Ici, pas de frac ni d’intérieur sophistiqué : notre démarche consiste à mettre en valeur le comédien. Le texte et les situations, d’où prennent corps les personnages, sont, comme à notre habitude, notre unique base de travail.

Maman Sabouleux, d’Eugène Labiche

  • Mise en scène : Didier Lesour
  • Avec : Julien Cazarre, Ian Fénelon, Franck Leberquier, Julia Métendier, Jessica Montesimos, Nicolas Moreau
  • Durée : 1h
  • S’est joué au Théâtre du Tambour Royal à Paris en 2002, puis a été repris en 2003 à Lamorlaye (60) et en 2004 à Marolles-en-Hurepoix (91).
voir le dossier de présentation